Pour voir ma robe terminée vu que... je ne tricote plus, et quand je dis plus, c'est plus ! Je n'ai même plus envie de me détendre avec mes aiguilles.

Beaucoup trop absorbés par l'achat de notre maison et surtout accablés par des soucis d'assurance de crédit, nous passons tout notre temps à faire des démarches pour pouvoir débloquer la situation. En travaillant tous les deux toute la semaine et samedi compris pour mon mari c'est très difficile à gérer.

Pour faire vite car je n'ai pas envie de m'étendre ici sur le sujet : j'ai eu la surprise d'apprendre cette semaine par l'assurance de groupe de ma banque que je représentais un risque aggravé de santé (même mes médecins en sont scotchés) et qu'on ne pouvait donc pas m'assurer pour l'incapicité temporaire de travail et que sans cette garantie il ne m'accordait pas le prêt (dossier pourtant nickel au point de vue financier).

Nous sommes donc entrain de contacter d'autres compagnies qui ont souscrit la convention AERAS pour essayer d'avoir cette garantie. C'est donc questionnaire de santé à n'en plus finir, analyse poussée et examens médicaux... Difficile de garder le moral en imaginant que la maison de notre coeur risque de nous passer sous le nez car nous sommes pris par le délai qui s'amenuise de jour en jour.

Peut-être que certaines d'entre-vous ont rencontré ce problème et s'en sont finalement bien sortie  ?

C'est dingue d'être considérée comme malade alors que vos médecins vous disent que vous êtes en bonne santé !

Sur ces paroles je vous laisse car malgré tout ces tourments la vie doit continuer avec son lot d'occupations.
Nous faisons tout ce qui est possible pour garder le moral, mais je peux vous dire que pour une maman c'est très très dur de se sentir coupable de priver ses enfants de la joie qu'ils se faisaient de déménager dans cette nouvelle maison.

Tout comme je ne risque pas de poster pour mes "petits bonheurs créatifs" de sitôt, je ne viendrai certainement pas beaucoup vous rendre visite ces prochains temps, je ne vous oublie pas pour autant.

Comme j'aimerai revenir vous dire dans quelques temps que tout s'est arrangé.

 

Bonne continuation à toutes.

Pensées toutes particulières face à l'horreur que vivent les japonnais en ce moment, car ça c'est très grave...